25/05/2017

300 frâses di convèrsâcion: frâses 1-43

300 phrases de conversation courante en langue wallonne

avec commentaires explicatifs

 

 

 

in : Viroux Roger, Causans walon, s.d.

 

 

 

1. Bondjoû, Châle !

Bonjour, Charles.

2. Bondjoû, mossieû !

Bonjour, monsieur.

3. Bondjoû, madame !

Bonjour, madame.

4. Bondjoû, mamesèle !

Bonjour, mademoiselle.

5. Bondjoû, m’ fi!

Bonjour, mon garçon.

6. Bondjoû, m’ fèye!

Bonjour, ma ( petite) fille.

7. Bondjoû, lès-omes!

Bonjour, messieurs.

8. Bondjoû, lès comères !

Bonjour, mesdames.

9. Bondjoû, lès cousses !

Bonjour, cousins ( ou : camara­des).

10. Bondjoû, lès soçons !

Bonjour, les amis.

11. Bondjoû, lès djins!

Bonjour, mesdames et messieurs.

12. Bondjoû, tortos !

Bonjour à tous.

13. Bondjoû, bondjoû !

Bonjour à tout le monde.

14. Bonswêr!

Bonsoir.

15. Bone nût !

Bonne nuit.

16. A r'vôy !

Au revoir.

17. (Jusqu') à t't-à-l'eûre !

A tantôt.

18. (Jusqu')à t't-à-l'eûre à doze eûres !

A ce midi.

19. (Jusqu') à t't-à-l'eûre di l' après-l' din.ner!

A cet après-midi.

20. (Jusqu') à t't-à-l'eûre au nût !

A ce soir.

 

 

2. « Mossieû » reproduit la langue parlée.

En français, on prononce d'ailleurs « meussieû », mais on ne l'écrit pas.

En néerlandais aussi, on prononce « meneer », qu'on n'écrit que pour reproduire la langue parlée, la forme ordinaire étant « mijn­heer ».

N.B. En wallon, « on monsieû », c'est généralement un noble, et « on mènîr » quelqu'un de riche ou d'important.

 

 

5-6. « M' fi » et « m' fèye » sont des termes d'amitié, qui peuvent s'adres­ser à n'importe qui,

même à des personnes plus âgées que celle qui parle. Ils raccourcissent les distances et

adoucissent l'emploi de « ti ».

p.ègz. (= pâr ègzimpe ). Ti n' va nin fé ça, hin, m' fi ?

 

 

17-20. On dit « jusqu'à » ou « à »; « à », dans ces phrases signifie « jusqu'à ».

(N) tot (E) till (D) bis.

 

 

17. Il y a une différence entre « ènawêre » ( = gn-a-wêre di timps ), correspondant au français « tout-à-l'heure », qui se rapporte au passé, et « tot-à l'eûre », souvent contracté en « t't-à-l'eûre », correspondant au français « tout-à l'heure », qui se rapporte au futur.

p.ègz. Il a v'nu ènawêre. (F) Il est venu tout-à l'heure.

I vêrè t't-à l'eûre. (F) Il viendra tout-à l'heure.

Parfois, le français n'a qu'un mot, alors que le wallon en a deux.

p.ègz. Dj'a èvoyî on coli à Brussèl. (F) J'ai envoyé un colis à Bruxelles.

On m' avoyî on coli d' Brussèl. (F) On m'a envoyé un colis de Bruxelles.

 

 

18. Il n'y a qu'avec le mot « nût » qu'on emploie un démonstratif: « ci nût-ci ».

Au français « ce matin » correspond (W) odjoûrdu au matin.

Au français « ce midi »correspond (W) (odjoûrdu) à doze eûres = à non.ne.

Au français « cet après-midi» correspond (W) (odjoûrdu) d' l' après l' din.ner.

Au français « ce soir» correspond (W) (odjoûrdu) au nût.

 

                       

21. (Jusqu') à d'mwin !

A demain.

22. (Jusqu') à après-d'mwin !

A après-demain.

23. (Jusqu') à l' samwin.ne !

A la semaine prochaine.

24. (Jusqu') à l' samwin.ne qui vint!

A la semaine prochaine.

25. (Jusqu') à l' samwin.ne d'après!

A la semaine suivante.

26. (Jusqu') au mwès qui vint!

Au mois prochain.

27. (Jusqu') au mwès d'après!

Au mois suivant.

28. (Jusqu') à l'anéye qui vint!

A l'année prochaine.

29. (Jusqu') à l'anéye d'après!

A l'année suivante.

30. Jusqu'à!

A plus tard.

 

24. li preumêre samwin.ne

la première semaine

li samwin.ne di d'vant

la semaine précédente

li samwin.ne passéye

la semaine dernière

ci samwin.ne-ci

cette semaine(-ci)

li samwin.ne qui vint

la semaine prochaine

li samwin.ne d' après

la semaine suivante

li dêrène samwin.ne

la dernière semaine

 

 

31. Alez, jusqu'à, hin !

Donc à plus tard. A plus tard.

32. (Jusqu') à pus taurd !

A un jour indéterminé.

33. Jusqu'à li p'tite dicauce !

A un jour indéterminé.

34. Jusqu'à on djoû !

A un jour indéterminé.

35. Jusqu'à onk di cès quate !

A un jour indéterminé.

36. Jusqu'à on côp !

A la prochaine fois.

37. (Jusqu') au côp qui vint!

A la prochaine fois.

38. (Jusqu') à londi !

A lundi.

39. Dwârmoz bin !

Dormez bien.

40. Ronflez lès basses!

Dormez profondément.

41. A l' oneûr, ( s' i gn-a co !)

Salut.

42. Qui l' Bon Diè vos codûje! (on rajoute po s' foute: « Avou vos djambes è l'aîr po nin piède vos marones ».)

Que Dieu te (ou vous) garde. (= conduise). (On ajoute pour se moquer: « Avec vos jambes en l'air pour ne pas perdre votre  pantalon. »).

43. À dji n' sé nin quand!

A je ne sais pas quand.

 

33. Jusqu'à li p'tite dicauce = Jusqu'au plaîji ( N.B. Ci sèrè one pitite dicauce ) di v' co rèscontrer.

 

 

35. Onk di cès quate (djoûs qu' vont v'nu): Seul cas, où le wallon emploie « cès » sans le préciser par « ci »ou « là ».

N.B. Le français est la seule langue à ne pas toujours préciser        en faisant une différence entre ce qui est relativement proche ou éloigné.

Cfr : (N) deze-die - dit-dat (E) this-these - that-those (D) dieser -jener (I) questo-quello.

 

 

38. londi (L) Lunae dies = li djoû dé l' lune (N) maandag = de dag van de maan (F) lundi (I) lunedi (Esp) lunes.

 

maurdi (L) martis dies = li djoû da Mârs' ou Maus', Ii dié dé l' guêre (F) mardi (N) dinsdag = de dag van Diu (I) martedi (Esp) martes.

 

mércrèdi ou mérkidi (L) Mercuri dies = li djoû da Mêrcure, Ii dié do comêrce (F) mercredi (I) mercoledi (Esp) miercoles.

 

djudi (L) Jovis dies = li djoû da Jupitêr, Ii maisse dés diés (F) jeudi (I) giovedi (N) donderdag = de dag van Donar.

 

vinrdi (L) Veneris dies = djoû da Vénus', li déyésse dé l’ biaté ét d' l'amoûr (F) vendredi (N) vrijdag = de dag van Vrija (I) venerdi (Esp) viernes.

 

sèmedi (L) Saturni dies = li djoû da Saturne, li diè dès campagnes (F) samedi (N) zaterdag = de dag van Sater.

 

dîmègne (L) Domini dies = li djoû do Ségneûr (F) dimanche (I) domenica (Esp) domingo. .

 

N.B. Le mercredi et le dimanche ne correspondent pas dans les lan­gues germaniques; le samedi en italien et en espagnol.

 

 

41. A l'oneûr (di vos r'vôy) !

 

 

43. SAWÈ =

1. ièsse capâbe di, pârvinu à : avec une seule négation

p.ègz. Dji n' sé djonde li platfond. Dji n' vos l' saureûve dire come li.

I n' si sét pus abachi, télemint qu' 'l a mindjî.

2. Conèche : avec une double négation.

p.ègz. Dji n' sé nin m' léçon. Is n' séyenut nin comint-ce qu'on l’ lome.

23:25 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

frâses 44-63

44. À on djoû qu' dj' aurè l' timps !

A un jour quand j'aurai le temps.

45. (Djusqu') à bin rade!

A bientôt.

46. (Djusqu') à tot rade?

A bientôt.

47. Djusqu'à l' vièspréye !

A tard dans l'après-midi.

48. Qué novèle ?

Quelle nouvelle?

49. Qué novèle, vîy strin ?

Quelle nouvelle, mon vieux?

50. Qué novèle, Djan ?

Quelle nouvelle, mon vieux?

51. Què dis se?

Que dis-tu? = Quelle nouvelle?

52. Dji n' quèdisse pus.

Je n'en connais pas.

53. Dji n' è conè pont.

Je n'en connais pas. (N) er geen.

54. (Gn-a) rin d' noû ?

Rien de neuf?

 

44. Le relatif « » se rapportant à une idée de temps (!! !), se traduit en wallon par « qui ».

p.ègz. Li djoû qu' 'l a tant ploû. (F) Le jour où il a tant plu.

Le relatif « où », se rapportant à une idée de lieu, se rend en wallon par « (è)woù-ce qui »ou simplement « qui ».

p.ègz. Li viladje (è)woù-ce qui m' fré d'meûre. ou : Li viladje qui m' fré d'meûre.

 

 

45-46. « BINRADE » est moins immédiat que « tot rade ».

 

 

49. li strin = (F) la paille (N) het stro ; li paye = (F) la balle (N) het kaf.

 

 

50. En inversion, c.-à-d. placement de la forme verbale conjuguée devant le sujet - cas rare en wallon -, les pronoms sujets de la 1e p.sg, de la 2e p.sg. et de la 1e p.pl. ont une forme affaiblie.

Les pronoms de la 3e p.sg. et de la 2e p.pl. gardent la même forme. Le pronom de la 2e p.pl. disparaît, la forme verbale de cette personne étant suffisamment typique pour qu'il n'y ait pas de confusion.

p.ègz. di dje ; dis se; di-st-i, di-st-èle; dijans nes (ou: d'djans nes) ; dijoz; dîyenut-is, dîyenut-èles

 

 

Djan : prénom très répandu, au point qu'on dit familièrement: «  Què dis se, Djan ? » à quelqu'un ayant un tout autre prénom.

 

 

52. Ironique, le verbe « quèdissî »n'existant bien sûr pas.

On ajoute souvent, pour rimer: Mi pa n' vout pus / Èt m' man m' l'a disfindu.

 

 

53. Ni pont di =

(F) 1. ne pas de = (N) geen - (E) no - not any - (D) kein ­(Da) ingen, intet

2. ne pas un(e)

3. n'aucun(e)

4. ne nul(le)

 

 

54. Il serait logique de dire: « Gn-a rin d' novia ? ».

 

 

55. Dji n' conè rin.

Je ne connais rien.

56. Gn-a rin d' noû après l' Banbwès !

Rien de neuf du côté du Bam­bois?

57. Dji n'a rin oyu dîre.

Je n'ai rien entendu dire.

58. Ça va todi ?

Ça va toujours?

59. Èt qwè, ça irè quand min.me ?

Et quoi, ça ira quand même ?

60. Oyi, èt vos?

Oui, et toi?

61. Ça va è l' maujo ?

Ça va chez vous?

62. Oyi, èt vos-ôtes?

Oui, et vous?

63. Nos-ôtes, ça n' va nin d' trop.

Chez nous, ça ne va pas tropbien.

 

55. (W) après = (F)

1. après (temps) p.ègz. Après mi, c'èst lès mouches. ( = Dji n' mi va nin tracasser po pus taurd).

2. vers (lieu direction) p.ègz. Dji v's-a rèscontré qu' vos 'nnalîz après Nameur.

3. aux environs de (lieu, situation) p.ègz. Lès Walons Scrijeûs d'après l' Banbwès. Mi fi è-st-èvôye dimèrer après Bastogne.

 

 

60. « vos » = (F) 1. tu, toi - 2. vous.

La forme « ti »est grossière quand elle est employée:

1. au vocatif, c'est à dire en interpellant. p.ègz. Hê, ti, vêlà !

2. en renforcement du sujet « ti ». p.ègz. Ti, ti t' vas taîre! Èwou-ce qui t' èva, ti ?

Le pronom « ti » ne s'emploie familièrement qu'entre hommes d'âge sensiblement égal, Même dans ce cas, les exemples cités plus haut sont grossiers.

 

 

61. Il ya une différence entre : è l' maujo (F) chez nous, et à l' maujo (F) à la maison.

p.ègz. È l' maujo, tot l' monde a l' gripe.  On-z-a bran.mint candji à l' maujo.

Souvent, le français n'a qu'une forme.

p.ègz. (F) à l'école (W)

1 - è (= didins li scole) p.ègz. aler è scole

2 - à li scole p.ègz. I sone à li scole

(F) à l'église (W)

1 - è (= didins) l'èglije p.ègz. moussi è l'èglîje

2 - à l'èglîje p.ègz. i sone à l'èglîje

 

 

63. (F) trop (W) di trop.  p.ègz. Dj' ènn a bran.mint d' trop. Di trop, c' èst d' trop.

N'ènn achetez nin d' trop, ça n' s'au de nin.

(F) trop peu (W) di pau ou trop wêre.

p.ègz. Dj' aurè dè l' plante di pau po-z-achèver m' rote.

S' i gn-a d' pau d' frumint, d'nez lzeû do mayis' !

(F) plus (W) di pus  p.ègz. Dj' ènn a d' pus qu' li, mins dj' ènn a nin co âssez.

C'èst todi ça d' pus.

23:25 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

frâses 64-213

64. È l' maujo, ça n' va nin fwârt.

Chez nous, ça ne va pas fort.

65. Duvint?

Pour quelle raison?

66. Duvint-ce qui ça n' va nin ?

Pour quelle raison cela ne va-t-il pas?

67. Todi l' min.me : li gamin èst fayé.

Toujours la même chose: le petit est malade.

68. Èt vosse pa, comint-ce qui ça lî va?

Et ton père, comment va-t-il ?

69. Ça n' lî va nin trop rwèd.

Ça ne va pas trop.

70. Qwè-ce qui n' va nin ?

Qu 'est-ce qui ne va pas?

71. Il èst malade. [-t]

Il est malade.

72. I d'meûre coûtchi !

Reste-t-il couché?

73. Non, i s' lève, mins nin po dès­-eûres.

Non, il se lève, mais pas pour des heures.

74. Il èst rade sicrans.

Il est vite fatigué.

75. Il èst rade au d'bout.

Il est vite à bout.

 

65. Il y a ici une nuance, que le français ne fait pas apparaître. (F) Pourquoi?

1. Si on demande le motif: (W) Duvint(-ce qui) ? p.ègz. Duvint-ce qui v's-èstoz  taurdu ?

Duvint-ce qu'is 'nn ont 'ralé tot timpe ? Duvint n' vêroz nin ?

2. Si on demande le but: (W) Poqwè (ce qui) ?

p.ègz. Poqwè-ce qu' i studîye ? Poqwè 'nnalez en-Anglètêre ?

La distinction est parfois difficile à faire.

 

 

66. Dans l'interrogation (directe ou indirecte), on ajoute: -ce au mot interrogatif devant: qui.

p.ègz. Combin-ce qui ça cosse?

Comint-ce qui vos fioz po-z-è rèche ?

Duvint-ce qu'i n' rèspond nin ?

Poqwè-ce qui dji m' freûve moru à travayi ?

Ouand-ce qui dj'a dit ça?

Avou qu'èst-ce qui v's-avoz rauyi lès canadas?

Qwè-ce qui v' lî alez d'ner po s' bounan ?

 

 

67. (F) le garçon -la fille (W) li gamin - li bauchèle (N) de jongen - het meisje (E) the boy - the girl (D) der Junge - das Mädchen

(F) le fils - la fille (W) li fi - li fèye (N) de zoon - de dochter (E) the son - the daughter (D) der Sohn - die Tochter

 

 

69. RWÈD = rade (N.B. Le -d- de « rade » se prononce comme un ‘t’).

Dans cette expression-ci, on a toujours: rwèd.

Quand il modifie un autre adverbe ou un adjectif, « trop » n'est pas accompagné de « di ».

p.ègz. Il èst trop bièsse.

I rôle trop rade.

 

 

74. scrans (fém. :scranse - verbe: scrandi) 

Après un mot se terminant par une consonne, on insère un -i- entre ‘s’ et ‘c’ , ‘s’ et ‘p’ ou ‘s’ et ‘t’. p.ègz. scole > one sicole ;  spaude (répandre) > èle sipaud ; staurer (étaler) > èle sitaure

 

 

75. Nous avons souvent le préfixe: di, alors que le français ne l'a pas dans les mots correspondants.

p.ègz. dèlibèrer (F) libérer ; difin (F) fin ; dèviè (F) vers ; s' dilaminter (F) se lamenter ; dibout(F) bout ; s' dimèfyî (F) se méfier ; difaute (F) faute ; dimèprijî (F) médire de

 

 

76. Vos lî froz dès complumints.

Tu lui feras des compliments.

77. Dès complumints à tortos !

Des compliments à tout le monde.

78. Dès complumints à vosse feume !

Des compliments à ta femme.

79. Dès complumints à voste ome!

Des compliments à votre mari.

80. Dji n' mankerè nin. Ostant di s' paurt !

Certainement. Autant de sa part.

81. Vos lî prîyeroz m' bondjoû !

Vous lui remettrez mon bonjour.

82. Vos prîyeroz l' bondjoû à vosse pa

di m' paurt !

Vous remettrez mon bonjour à votre papa.

83. S' i vos plaît !

S'il vous plaît!

84. Tènoz!

Tenez!

85. Mêrci !

Merci.

86. Mêrci bran.mint dès côps !

Merci beaucoup.

87. Dank èt mêrci !

Merci bien. (familier).

88. Grâces por on côp !

Merci, mais ça suffit.

89. Grâces, lès cousses !

Ça suffit.

90. Asse.

Assez !

91. Non, mêrci !

Non, merci.

92. Non.na, mêrci !

Non, merci.(come rèsponse à one fwârciante quèstion).

93. Mêrci tot d' bon!

Sincèrement merci.

94. Èt co(r) on côp mêrci !

Encore une fois merci.

95. A vosse sêrvice !

A votre service.

96. C' èst rin d' ça !

De rien.

97. Ni causez nin d' ça !

Il n'y a pas de quoi.

98. Ni d'visez pus d' ça !

N'en parlons plus.

99. Combin-ce qui dj' vos dwè ?

Combien vous dois-je?

100. Rotez todi!

Il n'est pas question de payer.

101. Ni d'visez nin d' payadje !

Ne parlez pas de paiement.

102. Nos compterans tot èchone !

Nous compterons tout ensemble.

103. Vos payeroz tot èchone !

Vous paierez tout ensemble.

104. Èst-ce qui dj' pou passer?

Puis-je passer?

105. Fioz !

Faites!

106. A mwins !

Attention!

107. Atincion !

Attention!

108. Waîtîz à vos!

Faites attention! = Prenez garde !

109. Waîtîz auzès-autos !

Attention aux autos!

110. Pas op !

Attention !

111. Pas op, hin, yon!

Prends garde, ne m'embête pas!

112. Doûcemint, là, cousse !

1. Ne m'embête pas, mon vieux!

2. Ne t'emballe pas!

 

81. (F) prier (W) dire one pâter (à) ; dire dès pâtêrs (à) ; « priyî » est en wallon synonyme de

« sowaîtî ».

 

 

90. « asse » est familier pour le assez ».

 

 

100. Le français « marcher» ne fait pas la différence entre:

1. se déplacer à pied (W) roter

p.ègz. One feume di mwin.nadje dwèt d'djà bran.mint roter su on djôu.

2. marcher au pas, en particulier dans les Marches de l'Entre-Sambre et Meuse (W) mârcher.

p.ègz. A l' Pintecousse, dji mârche avou Anzène. Mi pa mârcheûve sapeûr.

Rotez todi ! (ironique) = C'èst bon insi = Vos n'avoz nin dandji d' payî.

 

 

104. Le wallon fait une distinction que le français ne fait pas. Au français pouvoir

correspondent en wallon:

1. SAWÈ = ièsse capâbe di

p.ègz. Gn-a qu' mi qu' nè l' sét fé.

2. POLU (souvent; P'LU) = awè l' pêrmission di

p.ègz. Dji n' pou nin co rèche, Ii médecin me l' disfind.

 

 

106. À MWINS! = Atincion à vos mwins. À MWINS! se dit aussi pour tout autre danger. p.ègz. À mwins! L'uch si r'clape !

 

 

107. QUAUSU = (F) quasi.

On dit: iût' eûres mwins ON quârt, iût' eûres ON quârt

Cfr (E) A quarter to eight, A quarter past eight.

 

 

113. Dji n' vos disrindje nin ?

Je ne vous dérange pas?

114. Nin du tout!

Pas du tout!

115. (Gn-a) pont d' disrindjemint ?

Il n'y a pas de dérangement?

116. Pont du tout!

Pas du tout!

117. Pâremint nin !

Pas du tout ! (après quèstion avou « nin »)

118. Pâremint pont!

Pas du tout! (après quèstion avou « pont »)

119. Ou' èst-ce là?

Qui va là ?

120. Èst-ce qu’ on pout intrer?

Est-ce qu'on peut entrer?

121. Man.-Claudia, il èst timps d' vos

lèver!

Claudia, il est temps de te lever!

122. C.- Quéne eûre è-st-i ?

Quelle heure est-il?

123. M.- Il èst quausu iût' eûres mwins

on quârt.

Il est presque huit heures moins le quart.

124. M.- Vosse fré(re) èst d'djà à l' valéye.

Ton frère est déjà en bas.

125. M.- Èt vos, t't-à l'eûre vos sèroz co

o là-wôt à passé iût' eûres !

Et toi, tout à l'heure, tu seras encore en haut après huit heures!

126. C.- Dj' in.mereûve m-ostant n'mi

nin d'vu lèver !

J'aimerais autant ne pas devoir me lever.

127. M.- Èstoz co scranse ?

Es-tu encore fatiguée?

128. C.- Dj' aureûve co bin ieû v'lu

dwârmu one miète.

J'aurais encore voulu dormir un peu.

129. C.- Rin qu'one pitite miète.

Seulement un petit peu.

130. M.- Vos n' avîz qu'à aler coûtchî

pus timpe !

Tu n'avais qu'à aller te coucher plus tôt.

131. C.- Dj' aureûve bin ieû v'lu, mins

dj' aveûve one masse di d'vwêrs.

J'aurais bien voulu, mais j'avais une masse de devoirs.

132. M.- Mins vos n' vos-î avoz nin mètu

tot d’ sûte ?

Mais tu ne t'y es pas mise tout de suite?

133. C.- Siya, ô! Nin à mès d'vwêrs,

mins à mès lèçons.

Mais si, tu sais! Pas à mes devoirs, mais à mes leçons.

134. M.- Ènn’ avîz èto ?

En avais-tu aussi?

135. C.- Dj' ènn aveûve trwès po

odjoûrdu.

J'en avais trois pour aujourd'hui.

136. M.- D' èyîr po odjoûrdu ?

D'hier pour aujourd'hui?

137. C.- Non, gn-a one qui dj' a ieû èyîr,

èt l's-ôtes c' èst dé l' samwin.ne

passéye.

Non, il y en a une que j'ai eue hier, et les autres c'est de la semaine passée.

138. M.- Poqwè ratindoz l' dêrin djoû po

l's-aprinde ?

Pourquoi attends-tu le dernier jour pour les apprendre?

139. C.- Dji n'a nin ratindu l'dêrin djôu ;

dj'ènn aveûve dèdjà studyî one

sèmedi.

Je n'ai pas attendu le dernier jour; j'en avais déjà étudié une samedi.

 

 

 

124. A L' VALÉYE : à l' copète (tiène, chaule, aube, tchèyêre, ...)

Dans la maison: à l' valéye -- o là-wôt.

 

 

127. « Dj'aureûve ieû v'nu »(conditionnel passé surcomposé) exprime une antériorité par rapport à un moment du passé.

p.ègz. Dj'aureûve ieû v'lu ièsse jendârme, mins m' pa v'leûve qui dj' ripurdiche li cinse. (Donc: divant qu' djè l' ripurdiche).

 

 

A la phrase 128 est sous-entendu: divant di m' lèver.

De même, à la phrase 131, est sous-entendu: divant d'aler coûtchi.

 

 

131. Le wallon fait une distinction, que le français ne fait pas:

1. aler coûtchi: aler è s' lét po dwârmu.

2. s'aler coûtchî: s'aler stinde n'impôrte èwoù.

 

 

134. v. 127 v. 50.

 

 

135. « ODJOÛRDU »a été emprunté au français, mais « o » = « dins l' » v. (I) oggi (Esp) hoy. Le vrai mot wallon est « u »du (L) hodie.

 

 

137. Tous les verbes d'action se conjugent avec « AWÈ », de même qu'en anglais. Le français, le néerlandais et l'allemand ont parfois « avoir », parfois « être ».

p.ègz. (F) J'ai trébuché et je suis tombé.

(N) Ik heb gestruikeld en ben gevallen. (D) Ich habe gestrauchelt und bin gefallen.

mais: (W) Dji m' a trèbuké èt dj' a tcheû.

(E) I have stumbled and I have fallen. Le participe passé avec « avoir »reste invariable; attribut (avec « ièsse ») ou comme épithète, il s'accorde.

p.ègz. L'ome qui dj' a vèyu. Li feume qui dj'a vèyu. Lès-omes qui dj'a vèyu. Lès feumes qui dj'a vèyu.

mais: Il ont sti vèyuS. Lès pomes sont totes couduWES.

 

 

138. « RATINDE »: le préfixE! r- est explétif, comme dans « raconter », « raviser », ètèt. (èt

tchik èt tchak). Généralement, ce préfixe indique une répétition.

 

140. C.- Èyîr dji n' a pus ieû qu'à l' rivôy.

Hier, j'ai seulement dû la revoir.

141. M.- L' avoz bin r'vèyu ?

L'as-tu bien revue?

142. C.- Dj a faît ç' qui dj' a SEÛ.

J'ai fait ce que j'ai PU.

143. M.- Vos nè l' savoz nin d'trop?

Tu ne le sais pas trop?

144. C.- Siya. D' alieûrs dji pou co r’lîre on côp timps d' doze eûres.

Si. D'ailleurs, je peux encore relire une fois sur le temps de midi.

145. M.- Ci n' èst qu' po D' l' après-l' din.ner?

Ce n'est que pour l'après-midi?

146. Gn-a deûs po DO matin èt one po D' l' après-l' din.ner.

Il y en a deux pour LE matin et une pour l'après-midi.

147. M.- Po qu'èst-ce ci malaujîye lèçon-là?

Pour qui est-ce cette difficile leçon-là?

148. C.- Qué lèçon v'loz dîre ?

Quelle leçon veux-tu dire?

149. M.- È bin, l' lèçon qu' vos ddjîz qu' vos studîyerîz po d' l' après-l' din.ner !

Et bien, la leçon dont tu disais que tu l'étudierais pour l'après-midi.

150. C.- Oyi, c' èst ç'tèle-là.

Oui, c'est elle. (= celle-là).

151. M.- Èst-ce qui c' èst po l' profèsseûr qui vos ddjîz qu' èst si malauji ?

Est-ce le professeur dont tu disais qu'il était si difficile ?

152. C.- Non, c' èst po l' cia qui v's-avoz causé avou l' ôte djoû à l' èstâcion.

Non, c'est pour celui avec lequel tu as parlé l'autre jour à la gare.

153. M.- Li cia qu'a dit qu' ratindeûve si

feume ?

Celui qui a dit qu'il attendait sa femme?

154. C.- Oyi, qu' a d'chindu foû d'one bleuwe auto.

Oui, qui est descendu d'une auto bleue.

155. M.- Dji m' è r'ssovin, mins dj' nè l' rimèt pus.

Je m'en souviens, mais je ne me rappelle plus comment il est.

156. C.- C' è-st-on grand, avou dès ta­tches di Djudas.

C'est un grand, avec des taches de rousseur.

157. M.- Djè l'vièreûve, qui dj' nè l' riconireûve nin.

SI je le voyais, je ne le reconnaî­trais pas.

158. C.- Siya, ô ! Si vos l' vièriz, dj'è rès­pond qu' vos l' riconirîz.

Mais si ! Si tu le voyais, je suis sûre que tu le reconnaîtrais.

159. C.- Il a one pitite moustatche èt dès favoris come dès pîds d' gayole.

Il a une petite moustache et de grands favoris.

160. M.- Èst-ce qu'i n'aveûve nin on gris casake ?

N'avait-il pas un veston gris?

 

 

141. v. 137. ; 142. v. 104. ; 143. v.63.

 

 

144. (F) L'APRÈS -MIDI (complément circonstanciel de temps) = (W) di l'après-l' din.ner ou d' l' après-non.ne. p.ègz. Nos-îrans d' l'après l'din.ner.

 

 

147 (W) Qu'-èst-ce? (F) Qui est-ce?            (W) Qwè-ce ? (F) Qu’est-ce ?

 

 

151 DONT (complément d'objet indirect) se traduit par:

1. QUI (devant un autre « qui ») p.ègz. Li cèrîjî qu' vos d'djoz qui pwate.

2. QUI ...DI LI (... DI LÈVE; DI ZÈLS ; DI ZÈLES) p.ègz. L'ovrî qu' vos m' causîz d'li.

 

 

152. En wallon, la préposition se place parfois en fin de proposition. Ce rejet se rencontre aussi en anglais.

p.ègz. Avou qu'èst-ce qui v's-avoz v'nu ? ou : Qu'èst-ce qui v's-avoz v'nu avou ?

Li papî qu' vos scrîjîz d'ssus.

cf (E) Who(m) have you come with ? The paper you were writing on.

 

 

153. « Qu' a dit qu' ratindeûve si feume » pour « .., qu' a dit qu' i ratindeûve si feume ».

Le pronom ‘i’ disparaît. Ce cas existe aussi en français: « J'irai» pour « J'y irai» et en anglais: « The woman I love» pour « The woman who(m) I love ».

 

 

154. Quand le (F) « de » signifie « hors de », on le traduit par « foû di ».

 

 

157. Une conditionnelle sans conjonction est souvent suivie d'une princi­pale introduite par « qui » .

p.ègz. On m' dôreûve co ( = min.me) on milion, qui di' nè l' voreûve nin fé.

I tchaîreûve dès brikes, qu'il îreûve co vôy lès coméres.

 

158. En wallon, dans une conditionnelle, on emploie le conditionnel quand on a un conditionnel dans la principale.

p.ègz. S'i ploûreûve, dji pudreûve mi parapwî. (potentielle).

Si l' ciél tchaireûve, nos-aurin.n' tortos on p'tit bleuw tchapia. (irréelle).

Mais: S'i ploût, i nos faurè sèrer lès fènièsses (réelle).

 

 

161. C.- Dji nè l'vou nin acêrtiner, mins

i m' chone qui siya.

Je ne veux pas l'affirmer, mais il me semble que oui.

162. M.- Èst-ce qui c'è-st-one grande lèçon ?

Est-ce une grande leçon?

163. C.- Ci n' èst nin lès pus longues qui sont lès pus malaujiyes.

Ce ne sont pas les plus longues qui sont les plus difficiles.

164. M.- Avoz tot mètu è vosse malète ?

As-tu mis tout dans ta serviette?

165. C.- I m' chone qui dj'n' a rin rovyi,

mins dji n'è vou nin fé on fond.

Il me semble que je n'ai rien oublié, mais je ne veux pas l'affir­mer.

166. M.- Waîtîz rademint, do timps qui

dj' mèt l' tauve !

Regarde vite, pendant que je mets la table.

167. C.- Dji n' a nin fwârt fwim, savoz !

Je n'ai pas fort faim, tu sais!

168. C.- Dji n' mindjerè nin dès mas­ses.

Je ne mangerai pas beaucoup.

169. Man, èwou è-st-i l'drap d' mwin ?

Maman, où est l'essuie-mains?

170. M.- Djè l'a mètu PO lâver. Purdoz-è on nèt !

Je l'ai mis A laver. Prends-en un propre.

 

 

164.     Avoz tot mètu ? (F) Avez-vous mis tout?

 

 

165 Dji n'a pêrson.ne vèyu. (F) Je n'ai vu personne.

Dans certaines expressions, le participe passé est rejeté.

 

 

166. DO TIMPS QUI = su l' timps qui = timps qui.

 

 

175.-176. v. 50.

 

 

180. (W) Bwâre dè l' soupe avou one jate.

(F) Boire de la soupe dans (!!!) une tasse. (N) Soep drinken uit ( = (W) foû di) een kop.

 

 

171. C.- On spès ou on tène ?

Un épais ou un mince?

172. M.- Onk dès noûs.

Un des neufs.

173. Johan.- Woû! N' èstoz nin co prète ?

Dis donc. N'es-tu pas encore prête?

174. C.- Vos m' avoz fait AWÈ peû !

Tu m'as fait peur!

175. C.- N'èstoz nin sot d' ûler insi ?

N'es-tu pas sot de hurler ainsi?

176. C.- Alez-è aprèster vosse câse !

Va apprêter ta serviette.

177. J.- Èlle èst prète dispûs èyîr !

Elle est prête depuis hier.

178. C.- Gn-a co onk di vos lîves qui trin.ne su l' fènièsse.

Un de tes livres traine encore sur la fenêtre.

179. J.- Mêrci, soû! Djè l' aveûve rovyî !

Merci, sœur, je l'avais oublié.

180. M.- Qu' èst-ce qu' a bwèvu AVOU l' jate qu' èst su l' tauve?

Qui a bu DANS la tasse qui est sur la table?

181. J.- Mi, man! Mins lèyîz l' ! Dji bwèrè co!

Moi, maman. Mais laisse-la. Je boirai encore.

182. M.- On r'mèt ç' qu'on s'a sièrvu à faît!

On remet ce dont on s'est servi au fur et à mesure.

183. J.- Mins vèyan.mint qu' dj' ènn’ a co dandjî ?

Mais puisque j'en ai encore besoin?

 

 

187.  TIMPE èt taurd  (F) tôt = tard.

N.B. on timpe-èt-taurd (F)     1. un peignoir ; 2. quelqu'un qui dort peu.

 

 

189. TIMPRU = taurdu sont des adjectifs, que le français traduit parfois difficilement.

p.ègz. Dji so taurdu. (F) Je suis en retard ou je suis presque en retard.

Dji so timpru. (F) Je suis loin d'être en retard ou Je suis en avance.

« IÈSSE  TAURDU » se traduit en (F) par : arriver tard, finir tard ou plus tard que prévu, que normal,...

 

 

191. lès djon.nes = (1) les djon.nès djins  p.ègz.    Lèyans ça po lès djon.nes !

(2) lès djon.nes mouchons, tchèts, tchins, bèdots... p.ègz.  

Lès djon.nes vont binrade èvoler. Li méroute a stron.né ses djon.nes.

(3) lès-èfants (péjoratif)

p.ègz. Rosse di djon.ne !  Cès djon.nes-là, faut todi awè s't-ouy dissus !

(4)  lès-ostéyes

p.ègz. Dj' a faît. Dji rachone mes djon.nes.

 

 

192. ONE TRAM' (féminin) cfr (I) la tranvai.

 

 

196. M' : répétition réfléchie du pronom sujet, pour insister sur le grand intérêt qu'il porte à la chose.

p.ègz.    Dji m' tè lî va tchaussî one bafe. m' : exprime la passion (indignation) de celui qui parle, te : appelle au témoignage de l'auditeur, vos : s'emploie dans le même cas, mais plus rarement.

p.ègz.    Dji m' vos lî va èmantchî one gayole, corne 'nn a mauy pont vèyu.

Dji m'lès va mète . I s'è faut sièrvu : la construction n'est pas la même qu'en français.

 

 

198. (F) recouvrir

a) cahier, livre, fauteuil (pour protéger) = (W) ricouviè

b) pommes de terre, saleté (pour cacher) = (W) rascouviè (F) pour l'école  (W) po è scole (PO + complément de lieu)

(W) po li scole (PO + complément de temps) (F) pour midi      (W) po à doze eûres (PO + complément de temps)

 

184. '1 èst bon? Ni tchafyîz nin tant!

Dispêtchîz vos!

Ça suffit, ne bavardez pas tant. Dépêchez-vous.

185. J.- Ifaureûvequi dji r'trouvereûve

mi want.

Il faudrait que je retrouve mon gant.

186. C.- Comint sèroz prète à l' eûre

quand faurè qu’ vos fioche vosse baube ?

Comment seras-tu prêt à l'heure quand tu devras te raser?

187. J.- Dji m' lèverè one miète pus

timpe.

Je me lèverai un peu plus tôt.

188. J.- Dji n' dimèrerè nin come vos

j'qu’ au dêrin momint dins mès

plomes.

Je ne resterai pas comme toi jusqu'au dernier moment dans mes plumes.

189. C.- Maugré ça, dji so todi pus timpruwe qui vos po-z-ariver è scole.

Malgré ça, j'arrive toujours plus tôt que toi à l'école.

190. J.- Mins po rèche, c' èst mi qu' èst

pus timpru qu' vos.

Mais pour sortir, c'est moi qui suis avant toi

191. C.- Si dji r'tchôkereûve mès djon.nes è

m' câse à l' varade come vos, dji n' sèreûve

nin si taurduwe.

Si je fourais mes affaires dans ma mallette en vitesse comme toi, je ne serais pas tellement en retard.

192. J.- Si vos duvriz rawè on trin, one tram'

ou one autobus', vos n' tchi­poterîz nin tant.

Si tu devais reprendre un train, un tram ou un bus, tu ne ferais pas tant d'affaires.

193. M.- Ardans, qu'on s' dispêtche, è l' place

di tant bèrdèler èt s' dispè­troner !

Vite, qu'on se dépêche, au lieu de tant parler et de se disputer.

195. M.- Ni d'chindoz nin co à pîds d' tchaus, là ! Mètoz vos pantoufes !

Ne descendez pas encore pieds nus, vous m'entendez! Mettez vos pantoufles.

196. J.- Dji m' lès va mète ; n' eûchîz nin peû!

Je vais les mettre; n'ayez pas peur!

197. J. I faît trop frèd à l' têre po-z-î claper

sès pîds tot tchôds !

Il fait trop froid par terre pour y appliquer ses pieds tout chauds.

198. M.- Avoz r'couviètvo cayès po è

scole ?

As-tu recouvert tes cahiers pour l'école?

199. J.- Djè l'aveûve dèdjà fait ad'vant­ yîr.

Je l'avais déjà fait avant-hier.

200. M.- Vos-avîz pris l'avance po on côp!

Tu t'étais mis d'avance pour une fois!

201. M.- Rascouvioz l' bûre, là, m'fèye,

divant d' côper vosse pwin pa-d'zeû !

Recouvre donc le beurre, le ma fille» avant de couper ton pain au­dessus!

202. C.- Djè l'a rascouvièt, ô ! Dji n' pou

mau dè l' rovyî !

Mais je l'ai recouvert! Je ne peux mal de l'oublier!

203. M.- Pace qui ça n'est nin agostant

d' vôy dès mîyes o bûre on côp qu' s'è faut sièrvu !

Parce que ce n'est pas appétis­sant de voir des miettes dans le beurre quand il faut s'en servir.

204. C.- Fuchoz sûre qu' i gn-aurè pont

d' mîyes o bûre !

Sois sûre qu'il n'y aura pas de miettes dans le beurre!

205. M.- Ni vos mètoz nin co d'acôrd avou

vos camarâdes po-z-aler djouwer, on côp qu'

vos sèroz ruv'nu d'è scole !

Ne te mets pas encore d'accord avec tes camarades pour aller jouer, une fois que tu seras revenu de l'école.

206. J.- Duvint n' pôreûve dju nin, on

côp qu' dj'aurè fa.it mès d'vwêrs ?

Pourquoi ne pourrais-je pas, une fois mes devoirs finis?

207. M.- Pace qui dj' aurè dandjî d' vos

po bouter avou mi !

Parce que j'aurai besoin de toi pour travailler avec moi!

208. M.- Faut qu' dj' èvaye à l' vièspréye

èmon vosse mononke, èt vos d'voz aîdî vosse

soû à fé l' bagadje.

Il faut que je parte à la nuit tom­bante chez ton oncle, et tu dois aider ta soeur à faire la vaisselle.

209. M.- Vos n' sitèperoz nin co djou­wer do

timps qu'èlle aurè tote li bèsogne su s' dos!

Tu ne fileras pas encore jouer, alors qu'elle aura toute la beso­gne sur le dos!

210. J.- Dji n'a nin l'idéye dè lî lèyî su s' dos!

Je n'ai pas l'intention de la lui lais­ser sur le dos!

211. M.- Dji sé bin comint-ce qui vos fioz d' abutude !

Je sais bien comment tu fais d'habitude.

212. J.- D'abutude dji faî çu qu' vos m' dijoz

d' fé.

D'habitude, je fais ce que tu me dis de faire.

213. M.- Tènawète on côp, mins ça n' arive nin sovint !

De temps en temps, mais ça n'arrive pas souvent !

 

 

199-201.(F) AVANT = (W) divant.   p.ègz. Divant l' guêre. Divant d'aler coûtchî. 

Except. ad'vant-yîr.

(F) DEVANT = (W) pa.d'vant. p.ègz. Su lès bâres pa-d'vant l'èglîje.

 

 

201. « LÀ » = savoz (F) savez-vous.

 

 

202-203. O = dins li (devant un nom masculin singulier commençant par une consonne).

p.ègz. o bwès, o corti. o gurnî. o tchèri....

N.B. Aler au ( = qwê do) bwès o (= dins l' ) bwès.

Devant un nom fém. et un nom masc. singulier commençant par une voyelle, on a « è l' ».

p.ègz. è l'abatu. è l'ârmwêre. è l' grègne....

 

 

209-210. Devant les parties du corps, on emploie l'adjectif possessif.

p.ègz. Dj'a mau m' tièsse. Ni stitchîz nin vos mwins è vos potches.

 

 

212. Dji faî, dji so, dji rind : La première personne du singulier du pré­sent de l'indicatif ne prend pas de -s. Il n'y en a pas en latin non plus.

 

 

213. Arive, cwârdèle, tchèrète, ... En wallon. quand on ne prononce qu'une consonne. on n'en

écrit qu'une.

Dans: Anna, Emma, addjudant, gngno,..., on en écrit donc deux. puisqu'on en prononce deux.

23:24 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/03/2015

frâses 214-261

214. C.- Siya, ça, man: ènawêre i m' a co aidî à r'mète li valîse à l'copète di l'ârmwêre do forni !

Mais si, maman: tantôt il m'a encore aidée à remettre la valise au-dessus de l'armoire du fournil.

215. C.- Èt i m' a promètu qu'i r'freûve

mi vélo t't-à l'eûre à l' vièspréye !

Et il m'a promis qu'il réparerait mon vélo tantôt à !a tombée de la nuit!

216. M.- Qwè-ce qu'i gn-a co à vosse

vélo?

Qu'est-ce qu'il y a encore à ton vélo?

217. C.- Dji pinse qu'il èst co crèvé : i

disgonfèle tofêr !

Je pense qu'il est encore crevé: il dégonfle tout le temps!

218. M.- N' èstoz nin co prètes ? Il èst

timps d' vos dispêtchî: l'eûre avance !

N'êtes vous pas encore prêts? Il est temps de vous dépêcher; le temps passe!

219. M.- Vos vos duvrîz todi lâver au nût po

n' nin ièsse todi avou l' feu èwou-ce qui dj'

vou dîre au momint d' paurti.

Vous devriez toujours vous laver au soir pour ne pas avoir toujours le feu où je veux dire au moment de partir.

220. C.- Mi, dji m'a lâvé èyîr au nût, mins

dj'a co racominci odjoûrdu.

Moi, je me suis lavée hier soir, mais j'ai encore recommencé aujourd'hui.

221. M.- Vosse fré(re), li, i s' lâve à l' varade,

èt i spaugne l' eûwe.

Ton frère, lui, il se lave en vitesse, et il épargne l'eau.

222. J.- C'èst pace qu'i faut todi qu' dji

m' dispêtche !

C'est parce que je dois toujours me dépêcher!

223. M.- Vos vos duvrîz lâver d'vant

d' aler coûtchî !

Tu devrais te laver avant d'aller te coucher.

224. J.- Odjoûrdu djè l' frè, d' acôrd !

Aujourd'hui je le ferai, d'accord.

225. M.- Vos l' frîz bin tos lès djoûs !

Tu le ferais bien tous les jours!

226. J. Djè l'vou bin fé tos lès djoûs au

nût, mins au dêrin momint on sondje todi à

m' fé fé one saqwè !

Je veux bien le faire tous les soirs, mais au dernier moment on pense toujours à me faire faire quelque chose !

227. C.- Oyi, dj' sé bin : djè lî d'mande

co bin d' fé one saqwè por mi.

Oui, je sais (bien) : je lui demande parfois de faire quelque chose pour moi.

228. M.- Qwè-ce qui vos n' savoz fé èt

qu' lî faît bin ?

Qu'est-ce que tu ne sais pas faire et que lui fait bien?

229. C.- Dji n' sé r'fé m' vélo quand il

èst crèvé, pâr ègzimpe !

Je ne sais pas réparer mon vélo quand il est crevé, par exemple.

230. M.- Vos-apudrîz bin, ça n' dwèt nin

ièsse si malaujîye qui ça !

Tu apprendrais bien, ça ne doit pas être tellement difficile!

231. C.- Vos nè l' savoz fé non pus, d' après ç' qui dj' vos-ô dire!

Tu ne sais pas le faire non plus d'après ce que je t'entends dire!

 

 

214-215. v. 17 et 137.

 

 

216. (F) Ton, ta, tes, votre (W) VOSSE + consonne

(W) VOSTE + voyelle.

N.B. ti et tès ou tès- existent, mais sont familiers ou grossiers. v. .60.

 

217. (F) TOUJOURS = W : 1. continuité: todi  p.ègz. Walon todi ! Co todi dè l' gade !

2. répétition: tofêr p.ègz. I r'vint tofêr avou lès min.mes ramadjes.

3. idée de perennité : tofêr p.ègz. a Paradis, c'èst po tofêr.

 

 

226. one saquî (F) quelqu'un ; one saqwè (F) quelque chose ; one sadju (F) quelque part ; saquantes (F) quelques-un(e)s

Rem. 1.- On prononce, donc on écrit généralement « 'ne sadju ».

2.- « saquantes » n’est pas utilisé comme en français avec une forme de « one », ou son pluriel « dès ».

3.- Saquants (« saquants- » devant une voyelle) est aussi adjectif.

p.ègz. Saquants djoûs. Saquants-ârmwêres.

4.- Ces mots sont la contraction de « on n' sét nin qui », « on n' sét nin qwè ", « on n' sét nin 'woù » et « on n' sét nin qwantes » ( = combin, du latin: quantum).

 

 

227. (F) PARFOIS = (W) co bin = afîye = pa côps = tél côp.

 

 

228. v. 43.

 

 

229. (W) RIFÉ = (F) 1. refaire ; 2. réparer ; 3. guérir.

 

 

231. (W) vos nè l' savoz fé (F) vous ne savez pas le faire.

 

 

232. M.- Ç' a todi stî vosse pa qu' l' a faît por mi.

C'est toujours ton père qui l'a fait pour moi !

233. Vèyoz qu' vos vos fioz sièrvu èto !

Vois-tu que tu te fais servir aussi!

234. M.- Ni tchafyîz nin tant! T't-à-l'eûre vos-alez lèyî paurti l' bus' sins vos!

Ne bavarde(z) pas tant, tantôt vous laisserez partir le bus sans vous!

235. C.- Gn-a pont d' dandjî, nos­-ariverans co à timps !

Il n'y a pas de danger! Nous arri­verons encore à temps!

236. M.- Abîye, todi, pace qu' èle ni ratindrè nin !

Dépêchez-vous toujours, parce qu'il n'attendra pas!

237. J.- Dji so prète. Î èstoz, Claudia?

Je suis prêt. Y es-tu, Claudia?

238. C. Dji vos sû. Dj' a tot ç' qu'i m' faut.

Je te suis. J'ai tout ce qu'il me faut.

239. M.- Avoz pris vosse tricoté, peû d' awè frèd ?

As-tu pris ton gilet, DE peur d'avoir froid ?

240. C.- N'eûchîz nin peû : i n' fait nin frèd à l'uch.

N'aie pas peur, il ne fait pas froid dehors.

241. C.- A r'vôy, man, j'qu'à t't-à-l'eûre !

Au revoir, maman, à tantôt!

242. M.- A quéne eûre ruv'noz, odjoûrdu ?

A quelle heure revenez-vous, aujourd'hui?

243. C.- Nos sèrans là dèviè quatre eûres èt d'méye, cink eûres mwins vint'.

Nous serons là vers quatre heures et demie, cinq heures moins vingt.

 

 

232. PO devient POR devant un pronom personnel.

p.ègz. Ci n'èst nin po l' tchèt, c'èst por mi.

Mais: po nos-ôtes, po vos-ôtes.

 

236. AUJI (Adjectif qualificatif masculin singulier épithète) p.ègz. on-auji èfant

AUJÎYE (adjectif qualificatif féminin singulier épithète). p.ègz. one aujiye bèsogne

AUJIS = AUJÎYES (adjectif qualificatif masculin pluriel attribut).

p.ègz. Cès d'vwêrs-ci sont plus aujis (ou: aujîyes)

AUJÎYES (adjectif qualificatif féminin attribut)

p.ègz. Mès pantoufes sont pus aujîyes qui lès vosses.

Remarque: malauji est dans le même cas.

malaujîyemint (F) difficilement ; aujemince            (F) facilité ; malaujemince (F) difficulté

 

 

239. (W) Peû di = (F) DE peur de : DE crainte de.

 

 

240. (F) J'ai peur = (W) dj'a peû ; (F) Il me fait peur = (W) I m' faît AWÈ peû.

 

 

243. (F) VERS (W)

a) à pau près (temps durée) = dèviè

p.ègz. . Ça dure à pau près (ou: dèviè) on mwès.

b) à pau près à (temps ponctuel) = dèviè

p.ègz.. Is r'vêront à pau près à (ou: dèviè) quate eûres.

c) dins l' dirècsion di (lieu direction) = après = su

p.ègz.- Dj' a rèscontré Châles, qu'ènn aleûve après Nameur.

Adon, vos purdoz l' vôye qu'èva su Viètrivau.

 

L'heure.

Quand l'adjectif numéral qui suit le mot « eûres » n'a qu'une syllabe, on emploie ÈT entre les deux mots.

p.ègz.Il èst deûs-eûres ÈT cinkèst trwès-eûres mwins vint-cink

                èst deûs-eûres ÈT dîj            èst trwès-eûres mwins vint'

                èst deûs-eûres ON quârt        èst trwès-eûres mwins ON quârt

                èst deûs-eûres ÈT vint'          èst trwès-eûres mwins dij

                èst deûs-eûres vint'-cink  èst trwès-eûres mwins cink

                èst deûs-eûres ÈT d'méye     èst trwès-eûres (pètant)

Rem. On emploie ON devant le mot « quârt », de même qu'en anglais.

p.ègz. one eûre mwins ON quârt (E) A quarter to one

one eûre ON quârt (E) A quarter past one

 

 

 

244. M.- V'loz bin r'passer dé vosse matante

po lî dire qui dj' îrè ristinde avou lèye

dimwin?

Veux-tu bien repasser chez ta tante pour lui dire que j'irai repas­ser avec elle demain?

245. C.- Gn-a rin d’ôte à lî dîre?

Il n'y a rien d'autre à lui dire?

246. M.- Siya, d'mandez lî s' fiêr aus waufes à pruster !

Si, demande-lui son fer à gaufres en prêt.

247. Ci côp-ci djè l’ lève: faut qu'dji m'

dispêtche !

Cette fois, je m'en vais vite; il faut que je me dépêche!

248. Quéne eûre è-st-i ?

Quelle heure est-il?

249. Dj' a iût eûres èt vint' à m' monte, èt vos?

J'ai huit heures vingt à ma montre, et toi ?

250. Mi, dj'a iût' eûres ON quârt mins i

m' choneûve qu' il èsteûve dèdjà iût eûres vint'-cink è l’ maujo.

Moi, j'ai huit heures quart, mais il me semblait qu'il était déjà huit heures vingt-cinq à la maison.

251. Dji n' pinse nin : dj'a waitî l' eûre à iût'

eûres èt cink, iût' eûres èt dîj, èt i m' chone

qui dj'aleûve bin avou rôrlodje dè l' maujo.

Je ne pense pas; j'ai regardé l'heure à huit heures cinq, huit heures dix, et il me semble que j'allais bien avec l'horloge de la maison.

252. Dispêtchans nos todi, peû d' ièsse

taurdus !

Dépêchons nous toujours, de peur d'être en retard.

253. J.- Nos n' sèrans nin taurdus, ô,

dins dîs bounès munutes, nos-î sèrans.

Nous ne serons pas en retard, n'est-ce pas, dans dix bonnes minutes, nous y serons.

254. C.- Nos n' sèrans nin sûremint timprus non pus.

Nous ne serons certainement pas en avance non plus.

255. J.- Èt l' bus' ni nos ratindrè nin, vos l' savoz bin.

Et le bus ne nous attendra pas, tu le sais bien.

 

256. C.- Vos l' savoz mia qu' mi, vèyan.mint

qu' c'èst vos, l'ôte djôu, qu'a stî ieû.

Tu le sais mieux que moi, puisque c'est toi, l'autre jour, qui as eu la farce.

257. J.- À l' après d' cint mètes. Mins s' èlle aureûve paurti à l'eûre, djè l'aureûve ieû.

A cent mètres près, mais s'il était parti à l'heure, je l'aurais eu.

258. C.- I n' mi chone nin qu' èlle a paurti d'vant l'eûre, savoz !

Il ne me semble pas qu'il soit parti avant l'heure, tu sais!

259. J.- Siya, ô ? Dj' a waîtî quand dj' a arivé

è scole, èt dj' aveûve tot djusse li min.me

eûre qui l' ôrlodje di l' èglîje.

Si, tu sais! J'ai regardé quand je suis arrivé à l'école et j'avais très exactement la même heure que l'horloge de l'église.

260. C.- Vos-avoz quand min.me arivé

d'vant mi.

Tu es quand même arrivé avant moi.

261. J.- Là co bin qui l' vijin aleûve  djustumint pâr là.

Heureusement que le voisin allait justement par là.

 

 

244. (F) PRÈS DE = (W) dilé = addé = adlé = dé

(F) REPASSER =

(a) passer co on côp (W) ripasser  p.ègz. I vint d'passer èt là qu'i r'passe dèdjà.

I s'mèt co po l's-élèksions, mins èst-ce qui dj’ ripasserè?

(b)do lindje (W) ristinde p.ègz. Ristinde cès tch'mijes-là, c'è-st-one saqwè d'indigne.

 

 

246. On dit: on fiêr à friser, on fiêr à ristinde, on fiêr aus galètes, on fiêr aus waufes, on fiêr di tch'vau.

 

 

250. v. 61

 

 

253. L'exclamation ‘ô’ est polie; l'exclamation ‘ê’ est familière ou grossière.

p.ègz. Oyîye, ô vos!  Oyôye, ê twè ! (= Je ne le crois pas, je n'admets pas). .

On peut dire aussi: Dins dis bounès munutes, nos-i èstans. Quand l'idée de futur est déjà exprimée par un adverbe ou un com­plément de temps, le présent peut remplacer le futur.

 

 

257. Les temps appelés surcomposés ont une nuance de passé un peu plus forte que les composés.

p.ègz. Quand dj'a sopé, dji m'èva coutchi ( ou : dj'èva ).

= (F) Quand j'ai soupé (en général) je m'en vais me cou­cher.

ou : Quand j'aurai soupé, j'irai me coucher.

Mais: Quand dj'a ieû sopé, dj'a stî coûtchî. = (F) Après avoir soupé, je suis allé me coucher.

 

 

261. Là co bin qui = (F) heureusement que

Cor bin qui = maugré qui = (F) malgré que

21:34 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

frâses 262-289

262. C.- Et co djusse à ç' momint-là.

Et encore juste à ce moment-là.

263. C.- On-z-a raison d' dîre qui l' tchance èst faîte po l's-eûreûs.

On a raison de dire que la chance est faite pour les heureux.

264. J.- Èt l' bèsace po lès bribeûs.

Et la besace pour les mendiants.

265. J.- Po on côp qu' dj' a dè l' tchance,

vos n' mè l' plindroz nin.

Pour une fois que j'ai de la chance, tu ne trouveras pas que je ne dois pas en avoir.

266. C.- Ô non ! Ou don bin vos n’ aurîz

mauy arivé à timps.

Oh, non! Sinon tu ne serais jamais arrivé à temps.

 

267. J.- Si dji n' l' aureûve nin ieû vèyu, dji n'

sé nin comint-ce qui dj' aureûve (ieû) fait.

Si je ne l'avais pas vu, je ne sais pas comment j'aurais fait.

268. C.- Vos-aurîz ieû d'vu aler à pîds.

Tu aurais dû aller à pied.

269. J.- Dj' aureûve co ieû pus aujîye

d'aler r'qwê m' vélo è l' maujo.

C'eut encore été plus facile d'aller rechercher mon vélo à la maison.

270. C.- Vos n' avîz qu' à vos dispêtchî

po paurti one bètchîye pus timpe.

Tu n'avais qu'à te dépêcher pour partir un peu plus tôt

 

 

264.Briber = chiner = (F) mendier

aler à l' bribe.

 

 

271.C.- Vos lanturnez todi au momint

d' ènnaler.

Tu traînes toujours au moment de partir.

272. J.- Dji sé bin qu' dj' a l' mwaîje abu­tude di m'aprèster au dêrin momint.

Je sais bien que j'ai la mauvaise habitude de m'apprêter au dernier moment.

273. C.- Vos duvrîz candjî d'abutude.

Tu devrais changer d'habitude.

274. J.- C'è-st-aujîye à dîre, mins ètur li dîre èt l' fé, gn-a pa côps one grande ascauchîye.

C'est facile à dire, mais entre dire et faire, il y a parfois une grande enjambée.

275. C.- Si vos sayerîz d'djà, ça îreûve

quékefîye mia.

Si tu essayais déjà, ça irait peut-­être mieux.

276. J.- Dji vou bin sayî, mins dji rovîyerè.

Je veux bien essayer, mais j'oublierai.

277. C.- Dji v's-î frè sondjî, si vos v'loz.

Je t'y ferai penser, si tu veux.

278. J.- Dji vou bin, mins dji wadje qui

vos l' rovîyeroz.

Je veux bien, mais je parie que tu l'oublieras.

279. C.- Poqwè rovîyereûve dju? Quand dj' dwè sondjî à one saqwè, dji n' rovîye nin.

Pourquoi oublierais-je? Quand je dois. penser à quelque chose, je n'oublie pas.

280. J.- Vos n' rovyîz nin tofêr, v'loz dîre.

Tu n'oublies pas chaque fois, veux-tu dire.

281. C.- Qwè wadjîz avou mi, qui dj' vos-î frè sondjî ?

Que paries-tu avec moi, que je t'y ferai penser.

282. J.- Dji n' wadje rin; vos-èstoz capâbe di gangnî.

Je ne parie rien; tu es capable de gagner.

283. C.- Tapans là dju ! Quéne eûre avoz ?

Laissons! Quelle heure as-tu?

284. J.- L' eûre qu'il èsteûve èyir à ç' momint-ci.

L'heure qu'il était hier à ce moment-ci.

285. C.- Oyi, èt one miète pus taurd qu' ènawêre, çu qui vout dîre?

Oui, et un peu plus tard que tout à l'heure, ce qui veut dire?

286. J.- Iût' eûres vint'-trwès. Nos n' èstans nin taurdus.

Huit heures vingt-trois. Nous ne sommes pas en retard.

287. J.- Vos-èstoz one rwèyâle transichaude.

Tu es une fameuse impatiente.

288. C.- Dji transi todi, c' èst l' vraî. Dji pinse todi qu'il èst pus taurd qu'il èst.

Je suis toujours impatiente et inquiète, c'est vrai. Je pense tou­jours qu'il est plus tard qu'il n'est.

289. C.- Vos, vos n' vos-è fioz po rin ;

vos môrroz craus.

Toi, tu ne t'en fais pour rien; tu mourras gras.

 

 

281. Qwè wadjîz? = Qwè-ce qui vos wadjîz ?

On dit aussi: Què wadjîz ?

On dit toujours: Què dis se ? (v. 50).

 

 

288. C'èst l' vraî. (F) C'est vrai. 

sèrer à l' clé. (F) fermer à clef.

One sitûve à l' pètrole. (F) Un poële au pétrole.

One sitûve au tchèrbon. (F) Un poële au charbon.

L'emploi de l'article défini n'est pas le même en wallon et en fran­çais.

21:33 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

frâses 290-300

 

290. J.- Ça n' vos ravance nin di v's-è fé,

èn'don ?

Ça ne t'avance pas de t'en faire, n'est.ce pas?

291. C.- Djè l' sé bin, mins c' è-st-one

abutude.

Je le sais bien, mais c'est une habitude.

292. J.- N' èst-ce nin vos qui m' dijeûve

ènawêre qui dj' duvreûve candjî d' abutude ?

N'est-ce pas toi qui me disais tan­tôt que je devrais changer d'habi­tude ?

293. C.- Siya, va ! Dji m' sovin qui dj' l' a dit.

Si, je l'admets? Je me souviens l'avoir dit.

294. C.- Dijoz, n' èst-ce nin noste auto­

bus' qu'on-z-ôt ?

Dis, n'est-ce pas notre autobus qu'on entend?

295. J.- Taîjoz vos! Il èst co trop timpe

po qui ç' fuche ièye.

Tais-toi! Il est encore trop tôt pour que ce soit lui.

296. C.- Courans todi one miète ! Dji sèrè pus trankile quand dj' sèrè à l'arèt.

Courons toujours un peu. Je serai plus tranquille quand je serai à l'arrêt.

297. J.- N' eûchîz nin peû ! Nos-î èstans quausu èt dj' n'ô co pont d' moteûr !

N'aie pas peur? Nous y sommes presque et je n'entends pas encore de moteur!

298. J.- Dijoz, avoz èvoyî l' rèsponse au concoûrs, qui dji v's-aveûve dimandé qu' vos l' mètîche à l' posse ?

Dis, as-tu envoyé la réponse au concours, que je t'avais demandé de mettre à la poste?

299. C.- Dji n' vos l' saureûve pus dîre. Dji sé

bin qu' dj'a mètu dès lètes è l' bwèsse aus

lètes dé l' posse, mins dji n' sé pus si l' vosse

èsteûve didins.

Je ne saurais plus te le dire. Je sais que j'ai mis des lettres dans la boîte aux lettres près de la poste, mais je ne sais plus si la tienne était dedans.

300. J.- Dj' èspère bin qu' siya: Choû, dj' ô one saqwè ! Waî, là l' auto­bus'! Waîtans à nos po trèvau­tchî !

J'espère que si ! Ecoute,j'entends quelque chose! Regarde! Voilà l'autobus. Prenons des précau­tions pour traverser!

 

 

295. v. 236.

 

 

297. « eûchîz »: impératif  présent, 2e per. pl. de ‘awè’.

« ô »: indicatif présent, 1e pers. sing. de ‘oyu’.

 

 

298. = qui dji v's-aveûve dimandé d' mète à l' posse. Le français  n'emploiera que cette tournure-ci.

 

 

299. Mète à l'posse. Mète è l'bwèsse aus lètes.

 

 

300. Réponse affirmative à une question positive:

p.ègz. Vos v'noz? (W) oyi (F) oui (N) ja (E) yes (D) ja (I) si

Réponse affirmative à une question négative:

p.ègz. Vos n'vinoz nin ? (W) siya  (F) si (N) jawel (E) yes (D) jawohl (I) si

Réponse négative à une question négative:

p.ègz. Vos n' vinoz nin? (W) non (F) non (N) nee (E) no (D) nein  (I) no

Réponse négative à une question positive:

p.ègz. Vos v'noz ? (W) non (F) non (N) nee (E) no (D) nein (I)  no

Réponse négative à une question positive insistante:

p.ègz. Donc, vos v'noz ? (W) non.na (F) non (N) nee (E) no (D) nein (I)  no

 

Seule, la langue wallonne a quatre formes.

 

« Choû ! »et « Waî ! »sont des formes abrégées de « Choûtez ! »et « Waîtiz ! ». La brièveté de ces formes a une grande importance pour prévenir et le moyen a été trouvé par nous, les Wallons!

Entre nous, ça va. tout de même beaucoup plus vite qu'au moyen d' « Ecoutez! »et « Regardez! ». Trois syllabes!!!

 

 

 

21:32 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |