01/03/2015

frâses 44-63

44. À on djoû qu' dj' aurè l' timps !

A un jour quand j'aurai le temps.

45. (Djusqu') à bin rade!

A bientôt.

46. (Djusqu') à tot rade?

A bientôt.

47. Djusqu'à l' vièspréye !

A tard dans l'après-midi.

48. Qué novèle ?

Quelle nouvelle?

49. Qué novèle, vîy strin ?

Quelle nouvelle, mon vieux?

50. Qué novèle, Djan ?

Quelle nouvelle, mon vieux?

51. Què dis se?

Que dis-tu? = Quelle nouvelle?

52. Dji n' quèdisse pus.

Je n'en connais pas.

53. Dji n' è conè pont.

Je n'en connais pas. (N) er geen.

54. (Gn-a) rin d' noû ?

Rien de neuf?

 

44. Le relatif « » se rapportant à une idée de temps (!! !), se traduit en wallon par « qui ».

p.ègz. Li djoû qu' 'l a tant ploû. (F) Le jour où il a tant plu.

Le relatif « où », se rapportant à une idée de lieu, se rend en wallon par « (è)woù-ce qui »ou simplement « qui ».

p.ègz. Li viladje (è)woù-ce qui m' fré d'meûre. ou : Li viladje qui m' fré d'meûre.

 

 

45-46. « BINRADE » est moins immédiat que « tot rade ».

 

 

49. li strin = (F) la paille (N) het stro ; li paye = (F) la balle (N) het kaf.

 

 

50. En inversion, c.-à-d. placement de la forme verbale conjuguée devant le sujet - cas rare en wallon -, les pronoms sujets de la 1e p.sg, de la 2e p.sg. et de la 1e p.pl. ont une forme affaiblie.

Les pronoms de la 3e p.sg. et de la 2e p.pl. gardent la même forme. Le pronom de la 2e p.pl. disparaît, la forme verbale de cette personne étant suffisamment typique pour qu'il n'y ait pas de confusion.

p.ègz. di dje ; dis se; di-st-i, di-st-èle; dijans nes (ou: d'djans nes) ; dijoz; dîyenut-is, dîyenut-èles

 

 

Djan : prénom très répandu, au point qu'on dit familièrement: «  Què dis se, Djan ? » à quelqu'un ayant un tout autre prénom.

 

 

52. Ironique, le verbe « quèdissî »n'existant bien sûr pas.

On ajoute souvent, pour rimer: Mi pa n' vout pus / Èt m' man m' l'a disfindu.

 

 

53. Ni pont di =

(F) 1. ne pas de = (N) geen - (E) no - not any - (D) kein ­(Da) ingen, intet

2. ne pas un(e)

3. n'aucun(e)

4. ne nul(le)

 

 

54. Il serait logique de dire: « Gn-a rin d' novia ? ».

 

 

55. Dji n' conè rin.

Je ne connais rien.

56. Gn-a rin d' noû après l' Banbwès !

Rien de neuf du côté du Bam­bois?

57. Dji n'a rin oyu dîre.

Je n'ai rien entendu dire.

58. Ça va todi ?

Ça va toujours?

59. Èt qwè, ça irè quand min.me ?

Et quoi, ça ira quand même ?

60. Oyi, èt vos?

Oui, et toi?

61. Ça va è l' maujo ?

Ça va chez vous?

62. Oyi, èt vos-ôtes?

Oui, et vous?

63. Nos-ôtes, ça n' va nin d' trop.

Chez nous, ça ne va pas tropbien.

 

55. (W) après = (F)

1. après (temps) p.ègz. Après mi, c'èst lès mouches. ( = Dji n' mi va nin tracasser po pus taurd).

2. vers (lieu direction) p.ègz. Dji v's-a rèscontré qu' vos 'nnalîz après Nameur.

3. aux environs de (lieu, situation) p.ègz. Lès Walons Scrijeûs d'après l' Banbwès. Mi fi è-st-èvôye dimèrer après Bastogne.

 

 

60. « vos » = (F) 1. tu, toi - 2. vous.

La forme « ti »est grossière quand elle est employée:

1. au vocatif, c'est à dire en interpellant. p.ègz. Hê, ti, vêlà !

2. en renforcement du sujet « ti ». p.ègz. Ti, ti t' vas taîre! Èwou-ce qui t' èva, ti ?

Le pronom « ti » ne s'emploie familièrement qu'entre hommes d'âge sensiblement égal, Même dans ce cas, les exemples cités plus haut sont grossiers.

 

 

61. Il ya une différence entre : è l' maujo (F) chez nous, et à l' maujo (F) à la maison.

p.ègz. È l' maujo, tot l' monde a l' gripe.  On-z-a bran.mint candji à l' maujo.

Souvent, le français n'a qu'une forme.

p.ègz. (F) à l'école (W)

1 - è (= didins li scole) p.ègz. aler è scole

2 - à li scole p.ègz. I sone à li scole

(F) à l'église (W)

1 - è (= didins) l'èglije p.ègz. moussi è l'èglîje

2 - à l'èglîje p.ègz. i sone à l'èglîje

 

 

63. (F) trop (W) di trop.  p.ègz. Dj' ènn a bran.mint d' trop. Di trop, c' èst d' trop.

N'ènn achetez nin d' trop, ça n' s'au de nin.

(F) trop peu (W) di pau ou trop wêre.

p.ègz. Dj' aurè dè l' plante di pau po-z-achèver m' rote.

S' i gn-a d' pau d' frumint, d'nez lzeû do mayis' !

(F) plus (W) di pus  p.ègz. Dj' ènn a d' pus qu' li, mins dj' ènn a nin co âssez.

C'èst todi ça d' pus.

21:35 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.